3D street art. #ravenectar #streetart #art #graffiti:

Il est difficile d'accepter que l'on a été trop loin, que l'on a agit sous le coup d'une impulsion qui nous colle de façon quasi permanente aux fesses. Elle est d'abord là de temps en temps et puis de plus en plus souvent. Chaque jour un peu plus jusqu'à l'extrême saturation. Jusqu'à en oublier qui on est d'autre, toutes ces autres facettes de notre personnalité qui pourraient briller au soleil mais qui pourrissent dans l'ombre.

Il est difficile de se rendre compte qu'on s'est laissé emporté, petit à petit dans un flot que nous n'étions plus en mesure de contrôler. Qu'on en a oublié l'essentiel, qu'on s'est laissé ensevelir dans les tracas du quotidien et qu'on en est devenu ridicule. Complètement. Je me demande ce que je suis devenue, une fille fragile qui passe son temps à regarder dans l'ombre quand elle pourrait sourire et qui ne sait vraiment pas comment inverser la tendance?

Quand on arrive à saturation de soi-même, il est difficile de gérer avec tout ce qui importe dans sa vie. Difficile de rester humble et neutre quand on ne sait plus qui on est. Difficile de ne pas causer des dommages collatéraux. Et de ne pas savoir quels sont les tracas légitimes pour lesquels nous avons raison de nous inquiéter, et les autres. 

J'ai toujours eu une part d'ombre, c'est un fait, un pied en l'air et l'autre cloué au sol. Même lorsque je n'étais qu'une petite fille j'étais déjà très changeante, à la fois d'humeur et de caractère. En grandissant, j'aimerais que ce soit tout le reste qui prenne le dessus, tout ce qui me rend meilleure, tout ce pourquoi mes parents sont fiers de moi, tout ce pourquoi je suis entourée de gens qui m'aiment et que je n'aimerais pas perdre. Même si cela ne tiens évidemment pas que de moi et que tout n'est pas de ma faute non plus. Je porte déjà tellement sur mes épaules et j'ai si peur de mal faire que bien souvent je fais mal, mais c'est parfois mieux que de ne rien faire du tout.

Mais vous savez quoi? J'ai de l'espoir, c'est mon mot fétiche, celui qui a réussi à me faire écrire un livre jusqu'au bout, celui pour lequel je me lève chaque matin et j'avance (en me posant quand même trop de questions). Celui grâce auquel j'ai vaincu ma phobie de l'eau, de la maladie et de la mort, celui pour lequel je me remets en question et je ne reste pas figée dans le faux.

Et vous, c'est quoi votre leitmotiv dans la vie?

 

Ju.