i love children that dress like little old men.:
"Votre personnage est au coeur d'une trahison. En est-il coupable, victime, complice, spectateur impuissant ? Comment réagit-il ? Qu'est-ce-que cet événement va changer dans sa vie ? Y a-t-il un retour en arrière possible ?"

 

 

Le sol est froid. Ma tempe posée tout contre sa dureté, j'ai choisi de garder les yeux ouvert et de rester figé là. Je suis un petit garçon, un petit insecte silencieux qui observe de loin ce qui se passe tout près . J'ai 10 ans et j'assiste à une scène si fréquente qu'elle en devient d'une banalité déconcertante. Maman est froide. Papa est froid. Tout est froid autour de moi. Alors j'essaye de me refroidir moi aussi mais je n'y arrive pas. Quoi que j'y fasse j'ai la chaleur en moi. La chaleur d'une colère sans limite qui s'évertue pourtant à rester silencieuse.

J'entends perceptiblement les battements de mon coeur, mes jambes enroulés. Le sol de la cuisine ne m'a jamais semblé aussi réconfortant. Tout est à l'envers, je vois l'horizontal au vertical. Comme ça à quelque chose de rassurant si vous saviez. Je ne les entends presque plus mais je sais que la trahison est partout, je réprime un gloussement nerveux. Maman a trompé Papa. Papa pardonnera surement. Mais Papa trompera Maman croyant y trouver un quelconque réconfort pour soigner son mal être. Alors Maman se sentira encore plus mal. Et ce sera la fin. La fin de tout. J'écris les scénarios à l'avance. Des scénarios d'horreurs. J'aime pas trop raconter des histoires drôle pour faire plaisir aux gens qui ont peur. Je soigne le mal par le mal.

Je suis le spectateur impuissant de cette Humanité en dérive. Je la juge sournoisement et trouve du réconfort dans ce qui pêche. Je deviendrais sûrement un adulte froid à mon tour, quand je serais grand. Je n'attends que ça. Et pourtant, je sais d'ores et déjà que je regretterais mon enfance, elle me manquera. Peut-être que je ne parviendrais jamais à passer au de-là. Je sais que je serais seul. Je serais indépendant. Je ne voudrais pas d'un modèle classique. Pas d'une famille faussement unie. Je voudrais des rires francs sans aucun engagement, c'est prendre trop de risque, c'est prendre le risque de tomber, tomber très bas et ne jamais voir la possibilité de se hisser à nouveau vers l'Espoir d'une vie imparfaite mais acceptablement sympatique.

C'est peut-être aujourd'hui, qui sans le savoir est entrain de définir celui que je serais plus tard, le style de vie que j'entretiendrais, le détachement que je prendrais avec chaque chose, la peur de l'engagement, le manque d'amour, l'insécurité, les réticences à aimer, à s'attacher, à s'accorder un bonheur à deux.

 

Merci aux Ateliers des Jolies Plumes:

latelierdesjoliesplumes@gmail.com pour se sujet du mois de Mars sous le thème de la trahison. J'espère que mon histoire vous plaira, bien qu'elle ne soit pas très positive.

 

Des bisous, bonne soirée à vous!

 

Ju.